loader image

Alimentation Vivante

Art de vivre

Émotion & Respiration

Mouvement

Nature & Écologie

Accueil > Le Cahier > Alimentation vivante > Comment maintenir sa vitalité durant l’hiver ?

Comment maintenir sa vitalité durant l’hiver ?

} 16 février 2022
L’hiver est souvent synonyme de perte d’énergie, de fatigue et de déprime : nos conseils pour améliorer votre mieux-être cet hiver !
Hiver_vitalité_chateau du launay_cures

Hiver. Saison sombre, début de l’année pour les anciens celtes, fin d’un cycle saisonnier pour nous aujourd’hui. Saison froide aux jours les plus courts, temps de bascule, de repos, d’intériorisation et de transformation dans tous les cas. Sous nos latitudes, la nature est en repos, les plantes sont en dormance, beaucoup d’animaux hibernent ou migrent vers de plus chaudes contrées.

C’est néanmoins un temps où il nous est bénéfique de rencontrer le froid. Il va stimuler et entretenir notre métabolisme, mais il peut aussi s’avérer désagréable ou favoriser des désagréments si l’on n’y prend garde. Or, rencontrer le froid, ne veut pas dire attraper froid, ni le subir.

Il convient toutefois d’observer quelques précautions et de suivre les conseils qui pourront nous aider à traverser sereinement cette saison, tout en bénéficiant le plus agréablement possible de ce qu’elle nous offre, pour un mieux-être renouvelé.

Selon la tradition chinoise, chaque saison se focalise sur un organe, lequel est lui-même associé à une émotion. C’est durant sa saison dédiée que l’organe en question restaure son énergie. L’hiver correspond ainsi aux reins, organes de la confiance en soi, de la combativité et de l’adaptation. Ils sont le siège de notre énergie vitale. Or, si on tire trop sur la corde et que l’on ne s’octroie pas de temps de pause suffisants pour recharger ses batteries, cette énergie vitale diminue, le moral baisse, on manque d’entrain, et on risque d’arriver au printemps suivant épuisé. Il est donc essentiel d’en prendre soin et de la renforcer durant cette saison d’hiver.

Nombre d’approches sont utiles et efficaces pour ce faire, comme observer une alimentation raisonnée, pratiquer des activités physiques douces, cultiver un bon sommeil et avoir recours à quelques plantes pour nous accompagner sur le chemin de l’hiver.

Quel type d’alimentation privilégier ?

Plus que des recettes, nous voudrions vous proposer des principes que vous pourrez appliquer au quotidien pour traverser sereinement la saison froide : manger et boire chaud, employer tant que faire se peut des aliments de nature chaude ou tiède, à l’image de ce qu’emploie la médecine hippocratique ou encore l’ayurvéda et la médecine chinoise traditionnelle.

Manger et boire chaud

hiver_boisson chaude_vitalité_saison_cure végétale

En effet, selon la sagesse et le bon sens des anciens, que ce soit en Occident avec Hippocrate et son héritage durant toute la période médiévale, ou en Orient avec la médecine chinoise, tout est recherche d’équilibre et d’harmonie. Il convient donc de manger chaud lorsqu’il fait froid et de manger frais lorsqu’il fait chaud.

Pour soutenir le corps dans un environnement froid, il convient de lui apporter de la chaleur, notamment à l’intérieur. Une alimentation cuite à la vapeur douce, des bouillons de légumes riches en minéraux ou des potages conviennent parfaitement. Par extension, il est bon de limiter l’excès de cru pour les personnes très fatiguées, minces, à tendance frileuse. Et de fait, respecter les aliments de saison, réserver la tomate ou le concombre pour la saison chaude !

Seront alors privilégiés les légumes racines (tels que carottes, panais, betteraves, navets, patates douce ou pommes de terre), les légumes soufrés, pour leur effet protecteur et stimulant (poireaux, choux, brocolis, radis noir, ail, oignons, échalotes), mais aussi les céréales semi complètes (dont l’avoine, très échauffante), et pseudo céréales (sarrasin, quinoa). Ne pas négliger non plus les légumineuses (pois, lentilles, pois-chiches, haricots, azukis…), très énergétiques, et parfaites en association avec les céréales.

Riches en minéraux et en acides gras de qualité, les fruits séchés (abricots, figues, pruneaux…) et les oléagineux (noix, noisettes, amandes…), de préférence réhydratés pour les rendre plus digestes et moins sucrés. Une poignée par jour suffit amplement.

Agrémentez aussi vos plats avec des aliments de nat

ure chaude, comme les épices douces, les aromates et les condiments : cannelle, gingembre, clous de girofle, curcuma, galanga, cumin, graines de moutarde, nigelle, mais aussi ail, oignon, échalote et persil, laurier, coriandre, tamari, miso noir ou gomasio. De plus, elles sont toutes riches en antioxydants, en vitamines et en minéraux. Alors haros sur les bouquets garnis et les feuilles émincées pour de délicieux assaisonnements !

En matière de boisson, pour bien commencer la journée, on peut dès le matin boire un verre d’eau chaude. Tout comme au Château du Launay durant les séjours en cures, vous pouvez aussi y ajouter un filet de jus de citron fraîchement pressé, additionné de quelques gouttes de jus de gingembre frais. Faites la part belle aux tisanes, notamment en alternant thym, romarin ou origan.

Et pour accroître encore la vitalité nécessaire à la traversée de l’hiver, invitez à votre table les super aliments, tels que les graines germées, le pollen frais, les huiles crues et les petits poissons des mers froides riches en précieux acides gras, protecteurs du système nerveux et de toutes vos cellules.

Enfin, prenez le temps de faire un jour par semaine une monodiète d’hiver pour nettoyer et revigorer l’organisme : compote de pomme chaude sans sucre, additionnée d’épices douces, monodiète de bananes (crues ou cuites au four), de riz, de pommes de terre ou de soupes de légumes.

Un peu d’activité physique

Privilégier des activités physiques douces

Tout comme la période végétative pour les arbres et l’hibernation pour les animaux, l’hiver est habituellement un temps dédié au repos. Il est préférable d’éviter les activités sportives trop intenses, tels le running ou le tennis afin de ne pas transpirer et de conserver une bonne réserve de sels minéraux. Privilégier alors des activités douces et énergisantes comme le Tai chi, le Qi Qong, le Mei Hua Zhuang ou le yoga qui vitalisent en douceur et en profondeur.

tai chi_yoga_cure végétale_chateau du launay

La marche du rein

Héritée de la tradition chinoise ancestrale, la marche du rein est une des 5 marches de saison. Elle est très simple à pratiquer, mais peut s’avérer bien curieuse à observer si l’on vous regarde de loin. Il s’agit simplement d’allonger longuement les foulées, jusqu’à doubler la longueur du pas. Comme si vous marchiez sur des plots espacés loin devant et loin derrière vous. Laissez les bras accompagner le mouvement et maintenez une respiration libre. Vous allez ainsi étirer le méridien du rein, qui commence sous la plante des pieds avec le puissant point 1 rein, circule le long de la face intérieure des jambes, gagne l’aine et remonte jusque sous les clavicules. Vous stimulez et renforcez alors l’énergie du rein. Vous pouvez la pratiquer durant 5 à 10 minutes chaque jour durant au moins 21 jours.

Stimuler les surrénales

Pour partir du bon pied le matin, en sortant de la douche, vous pouvez vous frictionner la zone des reins, au niveau des basses côtés à l’aide d’une serviette éponge. Prenez le temps de maintenir la friction de façon ininterrompue durant quelques minutes, jusqu’à ressentir une chaleur bienfaisante. Cesser alors la friction. Répéter chaque jour.

Il est possible aussi de pratiquer la percussion rénale (s’il n’y a aucune pathologie ou sensibilité au niveau des reins). Penchez le buste légèrement vers l’avant, positionnez les mains en creux, comme si vous teniez un verre imaginaire, la pointe de l’index touchant le pouce, tous les autres doigts serrés les uns contre les autres. Inspirez, bloquez votre respiration puis avec les mains ainsi disposées, tapotez alternativement et rapidement avec la partie côté pouce, sur le bas de vos côtes. Au-dessous se trouvent les glandes surrénales. Tambourinez ainsi durant une dizaine de secondes, par cycles de 2 ou 3 fois, le matin. Respirez entre chaque cycle.

Entretenir un bon sommeil

Avec le solstice d’hiver, et toujours selon les principes de la médecine taoïste, le Yin (froid, obscurité, repos, réceptivité) est à son apogée, tout comme chaque mois avec la nouvelle lune, ou le minuit de la journée. C’est la saison où l’on peut faire le plein d’énergie pour toute l’année à venir.

Temps de repos par excellence, pilier d’un métabolisme équilibré et d’une santé solide, cultiver un sommeil de qualité est particulièrement important durant cette saison. De plus, la position allongée est la position privilégiée pour recharger les reins. Il est alors conseillé d’aller se coucher tôt et de se lever tard. Faire la marmotte en cette saison prend tout son sens. Autorisez-vous les grasses matinées lorsque vous le pouvez.

Vive l’eau chaude !

La Baignoire

Si vous avez une grande baignoire, c’est le moment pour prendre de temps en temps un bon bain chaud. Voire, si l’on est en parfaite santé, des bains hyperthermiques, compris entre 39° et 41°. Commencez par remplir en partie la baignoire d’eau tiède, s’y plonger, puis remplissez avec de l’eau très chaude jusqu’à température voulue. Restez 5 à 10 minutes, jusqu’à apparition de sueur au front. Détendez-vous et respirez lentement et profondément. Sortez progressivement du bain, puis enroulez-vous dans une serviette chaude. On peut boire une tisane au sortir du bain pour se réhydrater. Pratiquer plutôt le soir car cette pratique favorise le sommeil. Le bain hyperthermique est à proscrire en cas de pathologies cardiaques, d’insuffisance rénale ou de varices et phlébites.

Les bains de pieds

Si l’on ne dispose pas de baignoire (et même si l’on en a une), les bains de pieds chauds sont autant de moments délicieux et bénéfiques ! Mélangez 4 cuillères à soupe de sels d’Epsom + 5 à 7 gouttes d’huile essentielle de Petit-grain bigarade ou Orange douce ou Ylang-Ylang ou Lavande vraie ou Marjolaine à coquille ou Épinette noire. À dissoudre ensuite dans une bassine d’eau chaude. Prévoir une température de départ d’environ 40°/41°, une couverture, voire une bouillotte sur l’abdomen …et un bon livre ! Relaxation et regain d’énergie assurés !

La bouillotte

Enfin, la bouillotte est une excellent alliée vitalité pour l’hiver. Posée sous les pieds, sur le ventre, le foie ou le bas du dos, elle est facile à transporter et à utiliser. Elle active et soutient le foie dans ses fonctions car cet organe est très friand de la chaleur. On peut aller jusqu’à utiliser deux bouillottes, voire plus, posées à différents endroits selon vos besoins ! La bouillotte détend et peut s’employer en journée off ou le soir avec un bon livre pour un instant de relaxation profond.

Le sauna et le hammam

Autres partenaires d’un bon hiver : le saunas et le hammam. Ils apportent une chaleur bénéfique, soutiennent reins pour le premier et foie pour le second, ils stimulent la circulation sanguine, éliminent les toxines, évacuent le stress, favorisent le sommeil et entretiennent un bon système immunitaire. Terminez néanmoins par une douche ou un bain froid.

sauna_launay_bretagne

Et du côté des plantes ?

Pour se réchauffer

en cas de frilosité, les huiles essentielles et tisanes de plantes feront merveilles. Pour tonifier la circulation sanguine et réchauffer les extrémités, vous pouvez diluer dans une huile végétale (amande douce, noyau d’abricot ou jojoba), quelques gouttes d’huile essentielle de clou de girofle, de cannelle écorce, de romarin camphré, de palma rosa ou d’hélichryse italienne.

Pour activer les surrénales

l’épinette noire sera très utile, avec quelques gouttes dans une huile végétale, frictionnez alors la zone des basses côtes dans votre dos le matin ou après une longue marche à l’extérieur.

En matière de tisanes, en plus du thym ou du romarin, de l’échinacée ou de l’éleuthérocoque, une écorce de cannelle, quelques clous de girofle ou un doigt de gingembre infusés vous réchaufferont et stimuleront votre énergie immédiatement. Évitez de les boire le soir pour préserver un bon sommeil. En cas de refroidissement, vous pouvez faire bouillir 10 minutes 1 à 2 doigts de gingembre frais émincé à couvert. Filtrez, puis ajoutez le jus d’un citron et une cuillerée à soupe de miel. Buvez chaud. C’est une véritable bombe de vitalité !

Ne négligez pas non plus les produits de la ruche, tels que la propolis que vous pouvez mâcher de temps en temps lors des grands frimas et lorsque vous sentez qu’un mal de gorge ou un refroidissement commence à vous toucher.

Dans tous les cas, alternez et faites des pauses d’une plante à l’autre afin de ne pas créer d’habitude.

Un peu de réflexologie plantaire

Un petit exercice simple que l’on peut offrir, s’offrir ou pratiquer soi-même en auto-massage consiste en la stimulation du point d’acupuncture 1 Rein (dénommé « source jaillissante », tout un programme !). Il est situé sous la plante du pied, au croisement d’une ligne verticale au milieu du pied et à la base des tarses (environ aux 1/3 de la distance depuis les doigts de pieds jusqu’au talon, là où ils plient). Masser quelques minutes un pied, puis l’autre, dès que vous le pouvez.

Et notre toison extérieure ?

Au-delà des effets de mode, le vêtement constitue notre ultime rempart pour préserver sa chaleur corporelle, il n’est donc pas à négliger.

Siège de points d’acupuncture délicats et essentiels, la tête, la nuque, le bas du dos, les poignets, les chevilles et les pieds sont les zones à protéger en priorité de l’atteinte du froid. Prenez soin de porter un couvre-chef adapté, un haut col ou une écharpe, des gants, un pull ou chemise chaude couvrant bien le bas du dos, des chaussettes bien chaudes et des chaussures montantes. Privilégier les matières naturelles telles la laine mérinos, douce et chaude, le velours ou la flanelle.

Optez pour la stratégie du multi couche ! Plusieurs couches de vêtements, même fins, qui plus est en matière naturelle, vous préserveront du froid par les multiples couches d’air qui feront office d’excellents isolants. Surtout si vous exercez une activité qui vous conduit à alterner entre intérieur et extérieur. Vous éviterez ainsi surchauffe et coup de froid brutal.

chaussettes_hiver_polaire_soins

 

Si le froid n’est pas mauvais en soi, il convient de pouvoir le rencontrer avec sérénité et de pouvoir s’y adapter durant ces mois d’hiver où tout tourne au ralenti. Profitez au Launay d’un temps de ressourcement en douceur. C’est le temps idéal pour se recentrer et prendre soin de soi, de se retrouver au coin d’un des trois feux de cheminée, muni d’une tisanière fumante et parfumée. Et aussi profiter d’y sortir bien couvert afin de rencontrer le froid et les beautés de la nature, telles que les forêts du Launay vous y invitent, même durant la saison froide.

Choisissez la cure qu’il vous faut au Château du Launay et faites le plein de vitalité pour une année entière !

saison_hiver au launay_cure végétale_saison

PARTAGER

VOTRE NEWSLETTER

La feuille du Launay

Recevez tous les mois nos conseils autour de la naturopathie, du bien-être et du développement personnel !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.